Intrigues et périls à la cour de Dhakos

Episode 2 - La bataille de Gar Ebor

C’est pas une froide matinée pluvieuse que l’armée se met en route pour le nord et le village de Gar Ebor. A sa tête chevauchent le capitaine Zaneta, le neveu du Roi Nel Oti, puis viennent les officiers nobles. Suivent l’infanterie et les archers.
A quelques kilomètres au nord, l’armée ennemie est aperçue. Elle prend position sur la route, près de la forêt de pins.
carte_region3.jpg
Très vite les hommes prennent position, les personnages, pour la plupart étrangers à ces choses de la guerre font de leur mieux pour suivre le mouvement. Ronnart le bûcheron, bavard et bon vivant, réalise qu’il va falloir se taire et livrer bataille. Il vient venger son frère disparu, sûrement tué lors de l’assaut du village de Nessul par les Dharijoriens. Oslir est resté à Durnair pour aider Menarc Roii à rassembler ses documents et butins en cas d’assaut sur le village. Katrina, Ronnart, Grigori sont dans l’infanterie placée au centre de la bataille. Aenus Tarquin et Andra Barozzi sont en première ligne avec le capitaine.

Ce mini wargame fut géré avec les règles de bataille figurant dans le supplément l’Octogone du Chaos.
9728775_orig.jpg

L’assaut est donné, les flans se font face, les centres se rencontrent. Le premier assaut est une pure boucherie sur le flan droit. Les Jharkorient, massés en nombre affrontent l’aile gauche dharijorienne positionnée sur une position favorable, au sommet d’une bute. Les pertes sont nombreuses de chaque côté. Au bout d’une heure et demie de combats, les 3/4 des deux armées ont péri. L’odeur de sang et de viscères, les sons des armes qui s’entrechoquent, les râles des blessés resteront gravés à jamais dans l’esprit des combattants de cette bataille.
Alors que les Jharkoriens sont sur le point de l’emporter en enfonçant le centre dharijorien, une clameur et des cris de panique se font entendre en 1ere ligne. Quelques chose d’horrible vient d’apparaître. Une horde de créatures vomies des enfers émerge de la forêt de pins. Salosel, le sorcier dharijorien vient d’entrer en jeu. ces démons sont constitués de chair et de fumée noirâtre. Ils ont des membres puissants et démesurés, terminés par de terribles griffes.
sUZ013B.png
Alors qu’ils allaient l’emporter, les jahrkoriens périssent par dizaine sous les coups démoniaques. Le Capitaine Zaneta ordonne une retraite avant de se faire tué par un démon. En première ligne, le chevalier Barozzi se retrouve seul face à l’une des créatures. Ne pouvant fuir face au chaos, écoutant les principes de Tovik, il décide de faire face à la créature. Il parvient à parer les nombreux coups assénés par le monstre de fumée noire, il pare les coups de griffes, évite les cornes, et son armure le protège face au dard empoisonné. Il riposte et parvient à blesser le démon à plusieurs reprises qui s’effondre au sol, glissant dans la boue et le sang. Barozzi achève la créature au sol avant de réaliser qu’il est seul face à la horde de créatures. Enfin, pas tout à fait seul puisque le jeune Nel Oti est lui aussi en première ligne, un peu désorienté par les événements qui viennent de se produire. Andréa Barozzi se porte à sa hauteur et l’escorte afin de se replier vers le village.

Le reste du groupe a essuyé quelques flèches dans la fuite, mais ils ont réussi à rejoindre Durnair. Les pertes sont très nombreuses, il ne reste qu’un millier de soldats sur les 4 500 que comptait l’armée à l’aube. Au village, c’est le désarroi. Le château du marquis est trop petit pour abriter l’ensemble des soldats et des 200 villageois. Une palissade de fortune est montée avec les chariots et quelques planches prélevées sur les maisons proches. L’ambiance est lourde au sein du château, le maréchal de camp Torolia suggère au nouveau capitaine, Andréa Barozzi, d’expulser les villageois du château afin de pouvoir mieux le défendre. La proposition est rejetée.
Pendant la nuit, Le médecin Grigori, qui n’a pas chômé avec les nombreux blessés, aperçoit Menarc Roii se faufiler à l’extérieur du périmètre et pénétrer dans la maison de Katrina la forgeronne. Il est accompagné par l’un des fils du meunier. Grigori réveille Katrina et Ronnard le bûcheron afin de les suivre. Ils surprennent l’usurier et son acolyte en train de fouiller la cheminée, d’ausculter chaque pierre. Pris sur le fait, Roii tente un maladroit mensonge qui ne convainc guère personne. Ils découvrent sur lui une lettre rédigée par le père de Katrina il y a plusieurs années dans laquelle il lui apprenait l’existence d’un héritage caché dans la maison, un endroit protégé par les flammes de Kakatal. Roii avait volé la lettre avant le retour au village de Katrina. Il avait cherché l’héritage dans la forge avant de comprendre trop tard que la cachette était en réalité la cheminée du foyer. Rapidement, les personnages découvrent une cassette. Elle contient plusieurs rouleaux de parchemins rédigés en langue haute, une broche en argent en forme de corbeau et plusieurs milliers de Dharmits (monnaie jharkorienne). Ils en profitent pour effacer quelques dettes de villageois en menaçant Roii de tout révéler.
Pendant ce temps, le capitaine Barozzi discute avec le marquis. Ils partagent leur inquiétude concernant le sorcier ennemi et l’assaut que prépare l’armée dharijorienne. Le marquis se remémore une ancienne histoire qui se déroula non loin d’ici, il y a 400 ans environ. Celle de Vadek de Lormyr, un Champion de Tovik qui permit au Jharkor de se libérer de l’emprise melnibonéenne. Ce héros poursuivit le gouverneur de la province jusque dans sa résidence des collines, au nord-est de Durnair. Le noble Melnibonéen pensait échapper à la révolte des esclaves de Dhakos, et n’imaginait pas qu’un homme seul viendrait l’affronter ici. Le Melnibonéen était un sorcier réputé, qui avait conclu de nombreux pactes avec de puissantes créatures d’autres plans. Mais Vadek possédait une arme sainte, sur laquelle les Seigneurs Blancs avaient investi un peu de leurs pouvoirs. Vadek parvint à vaincre les démons et le sorcier, mais ne put quitter la forteresse en raison de ses blessures. Il mourut peu après et fut enterré dans un tombeau en face de ce qui est aujourd’hui des ruines. A ce qu’il se dit parmi les fidèles de Tovik L’Implacable, son épée vertueuse serait toujours à ses côtés dans la tombe. Elle pourrait être utile pour vaincre les démons du sorcier. Les ruines ne sont pas loin, quelques heures de cheval tout au plus. Une fois là-bas, il faudra pénétrer dans le tombeau, s’emparer de l’épée et s’en servir ici contre les démons pour redonner foi en la victoire aux hommes du Jharkor.

Le groupe décide donc de partir au petit matin pour le nord-est, en direction des ruines melnibonéennes. La pluie a cessé et le voyage se déroule sans histoires. A la mi journée, ils parviennent aux abords de la tour en ruine.

Face à la tour, se dresse un petit tertre, où poussent quelques arbres curieusement verts à cette période de l’année. Au milieu des racines, une porte métallique barre l’entrée du tombeau de Vadek. En récitant une prière hommage à Tovik, Andréa Barozzi parvient à ouvrir la porte colossale. La première anti-chambre recèle de nombreuses gravures à la gloire de Vadek et des ses exploits. Une série de bas reliefs mentionne également que des artisans fidèles d’Arkyn construisirent un Automaton pour garder la tombe du héros de la Loi. C’est donc sans surprise que le groupe rencontra le golem de métal dans la pièce suivante. Au centre de celle-ci trône le sarcophage du héros. Au fond de la pièce, une statue imposante de Tovik semble dévisager les intrus.
jungle_temple_doodle_by_torstan-d6234xk.jpg
Une partie du groupe décide d’affronter l’automaton qui protège la sépulture, tandis que Aenus Tarquin et Ronnard poussent la dalle du sarcophage et volent l’épée. La résistance du golem de métal est phénoménale, et les coups ne semblent pas l’affecter. La chevalier Barozzi parvient néanmoins à trancher quelques pièces de métal en passant l’armure de la machine. Alors que le groupe décide de fuir avec l’épée, Katrina ne suit pas le mouvement et reste seule face à l’automaton. Celui-ci lui aplatit la jambe d’un coup de poing, la clouant au sol, à la merci d’autres coups… Encore une fois, Andréa fait demi tour et sauve la forgeronne en ordonnant au golem de cesser le combat au nom de Tovik ! Sa voie impérieuse fait merveille, non seulement l’automaton arrête immédiatement de combattre mais il semblé déterminer désormais à suivre Andréa Barozzi, fidèle de Tovik l’Implacable.
C’est donc avec une épée vertueuse de la Loi et un Automaton que le groupe prend la route de Durnair pour faire face aux Dharijoriens.

Comments

Jayss

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.